Accueil > Presse > communiques-de-presse

Communiqués de presse

Numéro 59 : Ile Tromelin - Accord de co gestion économique scientifique et environnementale

Cliquer pour télécharger ce communiqué

Numéro 58 : Prix de l'Institut français de la mer 2016

Prix de l'Institut français de la mer 2016 

Numéro 57 : 200 participants pour débatte de "L'océan bien commun de l'humanité : une utopie pour le XXI° siècle ?"

Cliquer pour télécharger ce communiqué

Numéro 56 : Reaction du Yacht Club de France

Cliquer pour télécharger ce communiqué

Numéro 55 : communaute nautique

Cliquer pour télécharger le communiqué

Numéro 54 : Certificat d'Etudes Maritimes adossé aux Mardis de la mer

Cliquer pour télécharger le communiqué

Numéro 53 : Trois grandes initiatives et réussites françaises.

lisez notre dernier communiqué de presse : L'Institut français de la mer salue trois grandes initiatives et réussites françaises.

Numéro 52 : 7 novembre 2014

Partenariat entre l’institut Français de la Mer et La Fondation Méditerranéenne d’Etudes Stratégiques

Numéro 51 : L'Océan : terre d'ambition et d'espoir pour un gouvernement de combat

Cliquer pour consulter ce communiqué 

Numéro 50 : 21 mars 2014

Remise de pix Jean Morin et Avenir 

Numéro 49 : 28 Septembre 2013

L'IFM présente ses vœux de réussite à Xavier de la Gorce, Président de la SNSM

Numéro 48 : 25 Septembre 2013

Lauréats des Prix de l'Institut Français de la Mer.

Numéro 47 : 27 septembre 2012

Arrêt ERIKA : quelle vocation maritime pour la France ?

Numéro 46 : 5 Septembre 2012

Prix de l'Institut Français de la Mer (IFM)

 

Numéro 45 : 4 juin 2012

 

ANNULATION FORCEE DU RECORD SNSM : LA HONTE !

 

La communauté maritime française n'arrive pas à le croire, le CMF et l'IFM sont scandalisés...


Une cinquantaine de bateaux, prêts à en découdre amicalement ce week-end dans le cadre d'un défi devenu au fil des ans le symbole magnifique des plus belles valeurs de la mer, a été immobilisée par une décision de blocage qui restera une tache pour ses auteurs et une insulte de quelques-uns à tous les gens de mer.

Ni la nature ni l'existence du conflit ayant conduit à ce reniement ne sont en cause, tout simplement car le droit social est un principe républicain fondamental. Mais la solidarité des gens de mer, et donc (pensait-on) celle de professionnels maritimes responsables de ce scandale, exigeaient à l'évidence une « trêve » au nom de la mission la plus noble et la plus utile pour les gens de mer eux-mêmes : le SAUVETAGE. Sans compter le mépris affiché vis-à-vis de tous ceux qui avaient contribué, bénévolement le plus souvent, à l'organisation de cette fête de la mer.

Ne pas avoir compris cela, ne pas avoir compris qu'une ouverture s'imposait (et grandirait ceux qui la décideraient) est ahurissant, inacceptable, imbécile, et surtout d'une grande tristesse. 

Numéro 44 : 16 janvier 2012

 

Costa Concordia, le monde maritime choqué. Sécurité maritime: un impératif absolu.
 
Notre communauté maritime est endeuillée, et nos pensées vont d'abord vers les familles des victimes de ce naufrage. Mais nous devons à la mémoire des marins et  des passagers décédés de nous interroger sur les causes de l'accident, afin d'en  prévenir le renouvellement.  
 
Le paquebot Costa Concordia  a touché un haut fond par beau temps, dans une  zone qu'il pratique régulièrement. Le navire est récent (2006), construit par un  chantier reconnu (Fincantieri), armé par un armateur réputé, filiale du n° 1 mondial de  la croisière,  
 
Sur l'analyse des causes, si importante pour l'avenir, on ne peut qu'observer à ce stade la forte probabilité d'une erreur humaine, voire d'une négligence coupable rarissime, qui serait due à l'attitude totalement inconsciente ou irresponsable d'un état-major (dont il semble que le commandant ignorait ce qui fait l'honneur et la fiabilité du métier maritime si l'enquête confirme son abandon du navire). Une autre hypothèse - mais c'est difficile à imaginer vu l'endroit du naufrage - serait l'existence d'un récif que la cartographie n'aurait pas identifié. De toute façon la justice, saisie comme cela s'impose pour un tel événement, nous éclairera sur les causes dans les semaines qui viennent. 
  
Sur les premières conséquences, il semblerait que l'évacuation se soit déroulée dans des conditions de panique incompréhensible, les personnels en charge de l'encadrement des passagers s'étant avérés incapables de les rassurer sur l'existence et la disponibilité de moyens de sauvetage en nombre suffisant, accessibles à temps avant que le navire ne risque de sombrer totalement.
 
Depuis sa mise en place, l'Organisation Maritime Internationale, sous l'impulsion en particulier de  l'Europe et de la France, a fait faire des progrès considérables à la réglementation, conduisant à une marche irréversible vers la sécurité et la qualité maritime. Les plus grandes avancées ont eu trait à la conception puis à la gestion des navires (code ISM) et surtout à la formation des hommes (convention STCW) dans l'attente de la mise en œuvre attendue du code du travail maritime porté par l'OIT (Convention du travail maritime). 
 
Il est évident que l'IFM ne peut avoir ni n'aura jamais la moindre complaisance pour ceux qui soit intentionnellement, soit par défaut de moyens ou de volonté, sont restés ou restent à l'écart de ce mouvement général vertueux. Ce sont d'ailleurs ceux-là même qui insultent l'image du maritime et font douter injustement des efforts, pourtant vigoureux, continus et irréversibles, réalisés partout par le plus grand nombre d'acteurs maritimes professionnels. 
 
Des navires disparaissent encore pratiquement chaque jour, le plus souvent du fait d'erreurs humaines, ou lorsque la préparation des hommes à faire face à des circonstances anormales ou exceptionnelles a été inexistante ou insuffisante. 
 
Dans le cas des paquebots les règles de construction, de formation, d'exercices, sont claires et adaptées pour une prévention efficace, propres à limiter au maximum les possibilités et les conséquences d'accidents majeurs. Le drame du Costa Concordia prouve qu'il faut être toujours plus rigoureux et le rapport sur les très grands navires, publié en 2009 par l'IFM avec l'appui du Cluster Maritime Français –premier grand document de référence sur ce sujet- propose des pistes d'améliorations propres à ces navires.  
 
Plus généralement, l'Institut Français de la Mer invite la communauté maritime à renforcer encore son action pour combler les lacunes subsistantes, pour renforcer le contrôle de l'application des règles, pour que la défaillance humaine soit prise en compte au plus haut niveau, au travers de progrès dans l'approche cognitive de la sécurité de la navigation. 
 
Nous devons continuer à œuvrer inlassablement pour rendre la navigation toujours plus sûre. Pour que voyager sur la mer - d'autant plus que la possibilité d'occurrence d'un naufrage ne pourra évidemment  jamais être totalement éliminée- continue à représenter un risque inférieur à celui de toute autre activité de transport.
 
Contact presse :         IFM  - 01 53 89 52 08
47 rue de Monceau – 75008 Paris

Numéro 43 : 27 avril 2010

16 juillet, Prix de l’Institut Français de la Mer 

Numéro 42 : 21 juillet 2009

16 juillet, une stratégie maritime pour la France : beaucoup de satisfactions... et quelques « oublis » incompréhensibles ! d

Numéro 41 : 18 mars 2009

À propos du Grenelle de la mer d

Numéro 40 : 9 décembre 2008

Merci la France ! 
À propos du « troisième paquet » maritime européen , dit « Erika III » 
d

Numéro 39 : 15 septembre 2008

Piraterie : pour une riposte concertée d

Numéro 38 : 23 juin 2008

Une fierté maritime française d

Numéro 37 : 13 avril 2008

Pour une Marine en mesure de répondre aux besoins de sécurité de la France d


Precedent Remonter